Les pharmacies se préparent à la concurrence

pharmacie concurrence
Standard

Cela fait bien longtemps que des personnes tels que Michel-Edouard Leclerc militent pour la vente de produits sans ordonnances dans les grandes surfaces, et ce, au nom du pouvoir d’achat des français.

Or, malgré un avis favorable de l’autorité de la concurrence, le gouvernement a pris position pour le maintien du monopole des pharmaciens.

D’ailleurs, les arguments invoqués à l’encontre de la libre vente de médicaments sans ordonnances (qui représente un marché de 2 milliards d’euros) sont le principe de précaution ou encore, le risque de surconsommation médicamenteuse des patients.

Toujours est-il que bien que le monopole reste de vigueur, force est de constater que celui-ci voit son périmètre de plus en plus « grignoté ».

En effet, la libéralisation de la vente de solutions pour lentilles ou celle des tests de grossesse illustre parfaitement ce point.

Or, pour anticiper ces nouvelles tendances, les pharmaciens devront sans aucun doute revoir, dans un avenir proche, revoir leur modèle économique.

Celui-ci devra en particulier être plus axé sur ce qui constitue leur valeur ajoutée, c’est à dire, le service.

Les pharmacies de demain seront donc certainement davantage tournées vers le conseil et la prévention.

Après, les nouveaux modèles qui pourraient être proposés par les parlementaires changeront-ils la façon dont les permanences sont organisées (pharmacies de garde et de nuit) ?

Rien n’est moins sûr!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>